Investir en cas de dépendance, malin ?

13 May 2016
PAR NICOLAS PEYCRU

L’espérance de vie des Français et l’âge de la retraite augmentent un peu plus chaque jour ce qui a pour conséquence une tendance haussière du nombre des retraités en France. Dans la foulée, 1,2 million de français sont en situation de dépendance. Ce chiffre est relaté par le premier baromètre « risque de perte d’autonomie et comportements des Français » lancé par la Fondation Médéric-Alzheimer. Ce rapport souligne les difficultés des Français à se projeter et avoir une perception juste des conséquences d’une perte d’autonomie. De plus, cette situation de perte d’autonomie ou de dépendance est en constante progression et elle va concerner plus de 2 millions de personnes en 2040 car les seniors sont de plus en plus nombreux et ils vivent plus longtemps.

Sur une base de 3390 individus âgés de 50 à 79 ans, 73% des interrogés déclarent que leurs revenus mensuels suffiraient pour les aider à subvenir besoins durant cette période alors que 66% estiment que leur épargne les aideront et 32% comptent sur les aides publiques pour les accompagner dans ces moments difficiles. D’autre part, 47% pensent que la famille leur apportera l’aide nécessaire. Alors que 73% feront tout pour éviter de passer leur dernier jour en maison de retraite une fois passé les 80 ans.

Certes vivre en maison de retraite n’est pas chose facile aux vues des contraintes. Cependant, il existe plusieurs solutions pour vous aider à éviter de rentrer en maison de retraite. Souvent passé l’âge de retraite il y a un manque de financement pour répondre au besoin de la vie quotidienne et particulièrement en cas de perte d’autonomie et de dépendance. Pour pallier ce manque de financement, je vous conseille de faire des investissements qui vous rapporteront une bonne liquidité durant votre retraite. Pour cela, il existe plusieurs formes de placements :

  • L’épargne-retraite

L’épargne-retraite pourrait être une solution pour les Français efficace pour lutter contre ce manque. D’autant plus, le rapport indique que les 30% des interrogés ont souscrit une assurance volontaire parce qu’il n’y aura personne qui s’occupera d’eux une fois à la retraite et 49% ont fait de même pour ne pas être une charge pour leur proche. En sus, 49% considèrent que l’Etat doit prendre en charge davantage le financement de la dépendance quitte à augmenter les cotisations sociales ou les impôts.

  • Les plans d’épargnes

Pour une meilleure prise en charge en cas de dépendance, 66% de retraités sont prêts à puiser dans leur épargne. Pour vous assurer de bons rendements, je vous conseille d’investir dans des d’épargnes financières individuelles telles que l’assurance-vie, le PEL, l’immobilier et bien d’autres. Ces dispositifs sont mis en place pour vous aider à réduire les charges potentielles une fois à la retraite et également, ils vous aideront à financièrement à répondre aux différents besoins de la vie quotidienne.

Ces mesures existent pour éviter que vos proches et vous soyez dans des situations complexes ou que vous vous retrouviez forcé d’habiter en maisons de retraite. Dès lors que vous prenez ces paramètres en considération, vous pourrez plus facilement prévoir et investir pour que vous ne soyez pas en difficulté à l’avenir. Alors ne faites pas comme les 44% qui ne se préoccupent pas de leur retraite, soyez malin et investissez pour l’avenir.

Auteur – Nicolas Peycru

Pas de compte ?

Enregistrez-vous