Marché immobilier: comment investir malin dans la pierre en 2017 ?

15 Nov 2018
PAR NICOLAS PEYCRU

Une nouvelle année qui commence tout juste et les résolutions vont bon train. Il est tout à fait légitime de réfléchir autour de ses projets 2017, notamment ceux touchant à l’immobilier. Si vous avez un projet immobilier, le moment est propice à un investissement malin. En effet, après des taux de crédit immobilier historiquement bas en 2016, on annonce la stabilisation des taux en ce début d’année. Ils ne baisseront plus et, selon certains dires, on pourrait assister cette année à une évolution du cadre juridique et fiscal avec l’élection présidentielle prévue au deuxième trimestre. Où est-il judicieux d’investir en 2017, dans l’ancien ou dans le neuf ?

Conclure un investissement malin dans la pierre

Lorsque vous investissez dans le neuf pour ensuite le louer, le dispositif fiscal Pinel vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt qui varie en fonction de la durée de location. Elle peut atteindre 63 000 euros pour 12 ans de location. Pour rappel, le Pinel a été prolongé jusqu’à fin 2017. Bon nombre de candidats à l’élection présidentielle ont annoncé qu’ils reconduiraient le dispositif au-delà du 31 décembre 2017, mais rien n’assure qu’il ne sera pas amendé. Il est donc recommandé de vite concrétiser votre projet immobilier dans le neuf. Il est vital d’étudier le marché avant de conclure l’achat. Préférez une commune dynamique, bien desservie, en adéquation avec les besoins et exigences des candidats locataires.

En 2017, investir dans un bien immobilier ancien, particulièrement celui nécessitant des travaux de rénovation, peut être intéressant au niveau financier et fiscal. Le bien sera incontestablement moins cher qu’un bien immobilier neuf. De plus, lorsque vous achetez un bien qui n’est pas habitable en l’état, l’acquéreur procède généralement aux rénovations et améliore la performance énergétique permettant de le mettre aux normes de décence. La valeur marchande du logement rénové peut alors être supérieure au prix d’achat. Une fois le bien mis en location, l’acquéreur soustrait le coût des travaux aux rentrées de loyer et se retrouve ainsi en situation de déficit foncier, car les dépenses engagées sont supérieures au montant des loyers perçus. Le propriétaire se déclare en déficit afin de réduire ses revenus imposables. Cette baisse d’impôts peut atteindre 10 700 euros par an.

Investissement immobilier : pièges à éviter

Vous envisagez l’investissement dans l’ancien à rénover ? Attention aux pièges !

  • N’achetez pas loin des commerces, transport et services, car il vous faut trouver un locataire si vous souhaitez bénéficier du déficit foncier.
  • Ne prévoyez pas de revente à court ou moyen terme, car le coût des travaux ne peut être déduit de la plus-value réalisée dès lors que l’on a appliqué le déficit foncier.

Si vous souhaitez investir dans le neuf pour ensuite mettre le bien en location, soyez attentif au marché. N’investissez pas dans un studio si la demande se porte sur les appartements de 3-5 pièces. Faites les bons choix !

Pas de compte ?

Enregistrez-vous