Souscrire à une assurance-vie à deux : quels avantages ?

11 May 2016
PAR NICOLAS PEYCRU

L’assurance-vie séduit chaque année de nombreux français, ses principaux attraits étant comme on le sait sa fiscalité très avantageuse ainsi que ces nombreux supports d’investissement. Souscrire à ce type de contrat peut être encore plus intéressant si vous choisissez la souscription conjointe puisque c’est également une façon de protéger son partenaire.

La souscription conjointe est permise par certains assureurs qui proposent de souscrire à deux sur une même assurance-vie. En cas de co-adhésion, l’accord des deux époux est nécessaire à toute modification du contrat (rachats, versements, changement de clause bénéficiaire), les époux doivent donc gérer de manière commune leur assurance-vie.

Les souscripteurs peuvent prévoir un dénouement au premier ou au second décès.

En cas de dénouement au premier décès, le contrat prend fin à la mort du premier conjoint. Le bénéficiaire, qui peut bien évidemment être le conjoint survivant, récupère le capital ainsi que les intérêts générés, cela sans droits de succession.

Dans le cas d’un dénouement au second décès, le contrat bascule au nom du conjoint survivant et prendra fin à son décès. Il ne récupère donc pas le capital mais peut effectuer des rachats sur le contrat s’il le souhaite. Cette solution permet de conserver le contrat déjà existant, le conjoint survivant n’étant pas obligé de réinvestir le capital sur un autre contrat. Cela présente un double-avantage surtout si le conjoint survivant est âgé:

  1.  l’antériorité fiscale est conservée
  2. il n’y a pas de versement de prime importante sur un nouveau contrat. En effet, la fiscalité appliquée au contrat d’assurance-vie dépend de l’âge du conjoint survivant au moment des versements, elle est moins favorable si ceux-ci sont versés après ses 70 ans.

Au second décès, les bénéficiaires du contrat recevront le capital et profiteront de la fiscalité classique d’un contrat d’assurance-vie.

Le régime matrimonial est d’une grande importance en cas de co-souscription il convient de prendre les bonnes dispositions pour profiter au mieux de la fiscalité de ce placement.

Voici nos recommandations quant à une co-souscription selon votre régime matrimonial :

  • Communauté réduite aux acquêts : co-souscription avec dénouement au premier décès
  • Communauté universelle avec attribution intégrale au conjoint survivant : co-souscription avec dénouement au second décès
  • Séparation de biens : souscription individuelle

Mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts :

Les couples mariés sous ce régime sont propriétaires des biens propres antérieurs au mariage. Les biens acquis après le mariage sont propriété à part égale de chacun des conjoints. En cas de décès d’un des conjoints, la succession s’applique sur les biens propres ainsi que sur la moitié des biens communs.

Si le contrat d’assurance-vie est destiné à être alimenté par des fonds communs, il est préférable de choisir un dénouement au premier décès. Le capital est ainsi reversé intégralement au conjoint sans que la moitié ne soit réintégrée dans la succession. Il est par ailleurs conseillé de rédiger une clause de démembrement pour transmettre l’usufruit à son conjoint et la nue-propriété à ses enfants. Cela leur permettra de diminuer les droits de succession au second décès grâce à une créance sur la succession.

Mariés sous le régime de la Communauté universelle avec attribution intégrale au conjoint survivant

Le patrimoine du couple est composé de tous les biens possédés, y compris ceux acquis lors d’héritages ou ceux précédant le mariage. En cas de décès d’un des conjoints, il n’y a donc aucune succession, ce qui favorise le conjoint survivant.

Sous ce régime, il est préférable de souscrire à un contrat avec dénouement au second décès. Un dénouement au premier décès pourrait créer une succession là où le régime matrimonial vise à l’éviter.

Mariés sous le régime de la séparation de biens

Dans ce cas, chaque conjoint possède des biens propres et la succession s’applique seulement sur les biens détenus par le conjoint décédé. Dans ce cas, il n’est pas utile de souscrire conjointement, puisque cela va à l’encontre du contrat de mariage. Chaque époux peut ouvrir une assurance-vie en son nom qu’il peut alimenter par ses fonds propres et à ce moment désigner son conjoint en tant que bénéficiaire.

Choisir le bon contrat d’assurance-vie est primordial, pour davantage de renseignements contactez-nous.

Auteur – Nicolas Peycru

Pas de compte ?

Enregistrez-vous