L’actionnariat salarié, malin ?

16 Nov 2018
PAR NICOLAS PEYCRU

L’actionnariat salarié est à la frontière de deux sous familles de placements financiers : l’épargne salariale, à laquelle ont accès les salariés dans leur entreprise via le plan épargne entreprise et l’actionnariat classique. Pour pouvoir en bénéficier, il faut que votre entreprise le propose mais pas nécessairement qu’elle soit cotée en bourse, bien que si elle ne l’est pas se pose le problème de la valorisation des parts et de la vente des actions acquises. Faisons ensemble le bilan des avantages et des inconvénients de ce placement particulier.

Avantages

  • Fiscalité : dans le cadre du Plan d’Epargne Entreprise (PEE), on ne paye que la CSG et les montants ne sont pas limités comme dans le Plan Epargne en Actions (PEA)
  • Jusqu’à 20% de rabais par rapport au prix en bourse. Une action cotée en bourse à 100 euros sera donc proposée à 80 euros à son salarié, ce qui lui octroie une plus-value immédiate. (sur 120 opérations, le rabais moyen proposé par les employeurs est de 17% d’après le cabinet ERES spécialisé dans l’épargne salariale)
  • L’abondement : l’employeur peut rajouter jusqu’à 3 fois le versement de son salarié pour l’aider à acquérir des actions (dans la limite de 5560 euros maximum.). Dans la pratique, une étude de la Dares a montré que le montant de l’abondement atteignait 500 euros en moyenne dans les PME et 1000 euros dans les sociétés cotées de l’indice SBF 120.

Contraintes

  • Argent bloqué 5ans
  • N’échappe pas aux risques liés à un placement boursier
  • Risque supplémentaire puisque le salarié mise des économies en plus de son emploi dans son entreprise

 

Malgré le risque qu’induit ce type de placement, il est grandement atténué par le rabais proposé par les entreprises. Le cabinet ERES a épluché 123 opérations faites par 42 sociétés de l’indice SBF 120 et a comparé leur performance sur 5 ans pour en retirer le fait que les salariés étaient gagnants dans 72% des cas grâce au rabais accordé par leur entreprise (abondement non compris). Si vous faites partie des 80% de salariés des entreprises cotées ayant accès à ce procédé, je vous encourage donc à en profiter. Prenez garde cependant à rester raisonnables et diversifier votre portefeuille pour limiter les risques.

Pas de compte ?

Enregistrez-vous