Comment déclarer ses revenus Airbnb ?

14 Jun 2016
PAR NICOLAS PEYCRU

Louer son appartement pour le weekend via Airbnb c’est facile. Déclarer les revenus qu’on perçoit grâce à cela, tout en restant dans la légalité, ça peut être plus compliqué si on ne sait pas bien s’y prendre.

Explosion de la location meublée via Airbnb

Aujourd’hui, la location de logements saisonniers explose en France, Paris est devenue la capitale mondiale d’Airbnb avec plus de 41 000 logements proposés sur le site. Si vous êtes parisien et que vous avez déjà tenté régulièrement l’expérience Airbnb, l’Euro de football qui commence vous aura surement donné des envies de louer votre appartement à des fans du ballon rond et remplir par la même occasion votre compte en banque.

La partie plus pénible du concept c’est de déclarer ses revenus correctement.

Si vous pensez que vous pouvez omettre de les déclarer, vous êtes hors-la-loi.

Si vous savez que vous devez déclarer les revenus issus de la location meublée imposables au titre des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), alors vous êtes déjà bien parti. Posez-vous donc les bonnes questions quant au régime foncier à adopter.

Quel régime fiscal adopter pour déclarer ses revenus Airbnb ?

Un grand nombre de loueurs en meublé non professionnels (LMNP) choisissent le régime micro-BIC, c’est peut-être plus simple mais pas forcément plus avantageux !

Avec ce régime, vous êtes imposés selon votre TMI mais vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 50% jusqu’à 32 900€ (71% dans le cas de meublés ou chambres d’hôtes classés). Sympa, mais vous ne pouvez déduire aucune charge. Si elles sont supérieures à 50%, il est intéressant de passer au régime réel simplifié, puisque ce sont toutes les charges que vous déduisez : charges de copropriété, taxe foncière, amortissement comptable… (au prorata du nombre de jours loués).

Le régime réel s’impose de lui-même si vos bénéfices dépassent 32 900€ par an, mais vous pouvez tout de même demander à en bénéficier si vos bénéfices sont inférieurs à ce montant avant le 1er février de l’année en cours.

Le régime réel pour déclarer ses revenus de location meublée, malin ?

Le vrai avantage du régime réel, c’est que vous déduisez fiscalement des charges non décaissées grâce à l’amortissement comptable. Votre base imposable diminue jusqu’à atteindre bien souvent le chiffre rêvé quand on paye ses impôts : 0€. Et entre un impôt sur 50% de ses bénéfices ou un bénéfice imposable nul, entre nous, je pense que le choix est vite fait.

Voici un petit exemple pour illustrer mon propos.

Valeur du bien immobilier : 200 000€

Valeur du mobilier : 5 000€

Loyer annuel perçu : 11 000€

Charges annuelles : 2 500€

Montant des intérêts d’emprunt : 2 000€

Amortissement : 6900 euros ((80% * 200000 / 25) + 5000 / 10)

TMI : 30%

  • Avec le régime micro-BIC : vous bénéficiez d’un abattement de 50% sur vos revenus soit 5 500€. Vous êtes donc imposé à hauteur de 1 650€ (5 500€ x 30%)
  • Avec le régime réel : vous déduisez toutes les charges de vos revenus ainsi que l’amortissement du bien et du mobilier (ici 6 900€). On en déduit un résultat BIC de -400 euros. Votre revenu imposable est donc nul, vous n’avez pas d’impôt à payer.

Sur 10 ans, en passant au régime réel simplifié, vous réalisez une économie d’impôt de 19 200€.

Pour bénéficier de ce régime, l’idéal reste néanmoins de faire appel à un expert-comptable qui saura vous aider dans votre déclaration fiscale qui est, avouons-le, plus compliquée (il faut bien que le bât blesse quelque part), que la déclaration micro-BIC.

Sur le site www.lmnp-expert.fr dont je suis associé, vous pourrez bénéficier des conseils d’un expert comptable qui vous accompagnera dans l’ensemble de vos démarches. Une réduction d’impôt équivalente aux deux-tiers des honoraires vous sera en plus accordée d’où un coût d’environ 150 euros annuels.

Auteur – Nicolas Peycru

Pas de compte ?

Enregistrez-vous