Bientôt une banque qui taxe vos dépôts ?

14 Nov 2018
PAR NICOLAS PEYCRU

L’agence Reuters s’en faisait l’écho le vendredi 12 août dernier : une banque allemande vient d’annoncer qu’elle allait prélever une quote-part, une forme de taxe sur les dépôts de ses clients les plus riches pour financer son fonctionnement.

Il s’agit de la Raiffeisenbank Gmund qui est située sur le lac Tegern, un établissement très prisé de la haute bourgeoisie et des grandes fortunes et qui appliquera désormais une retenue de 0,4 % sur les dépôts à vue de plus de 100 000 euros.

Pareille annonce semble peu propice à se propager auprès des autres banques dans l’immédiat : pour des raisons évidentes de concurrence entre elles, les banques n’ont pas intérêt à faire fuir leurs clients les plus fortunés, en se faisant une publicité de ce type.

Pourtant, à y regarder de plus près, ce type de nouvelle pourrait leur donner quelques idées pour compenser le coût grandissant de l’argent qui dort dans leurs caisses.

En effet, la Banque centrale européenne, taxe désormais à exactement 0,4 % les dépôts dans l’objectif de renforcer encore plus l’investissement et le recours au prêt bancaire (plus précisément, le respect des normes prudentielles prévoit  que les banques placent une partie de ces dépôts auprès de la Banque centrale européenne qui facture ce service à hauteur de 0,4 % : voir article sur Capital.fr).

Et les banques peuvent choisir de répercuter ce coût sur les grands comptes, notamment les comptes professionnels des grandes sociétés (c’est ce que pratiquent déjà de nombreuses banques d’ailleurs) ou (et cette fois c’est un tabou qui est en train d’être brisé) sur les particuliers et même sur les petits épargnants.

L’application de ces taux négatifs aurait un triple avantage : (1) éviter de payer pour les épargnants une forme taxe issue d’une consigne européenne mise en œuvre par la BCE ; (2) compenser des taux de crédit très faibles et des performances des bons du trésor en berne (- 0,6 %) ; (3) orienter leurs clients vers des produits bancaires différents et plus rémunérateurs.

C’est pourquoi, si vous ne voulez pas attendre cette période à venir, peut-être pas si lointaine, où vous perdrez de plus en plus d’argent en n’en faisant pas fructifier : placez votre argent dans les différentes solutions qui s’offrent à vous (assurance-vie, SCPI, etc. selon votre situation), mais soyez  malin et surtout placez !

Pas de compte ?

Enregistrez-vous