Les Fintech, malin ?

16 Nov 2018
PAR NICOLAS PEYCRU

Nés aux Etats-Unis, les Fintech envahissent de plus en plus le marché de la gestion de patrimoine français en ayant pour objectif de démocratiser la pratique du conseil haut de gamme. 100% digitales, ces start-up veulent repousser les limites de la finance en offrant des services qui ne sont pas accessibles par le biais des banques traditionnelles.

Les Fintech, c’est quoi ?

Les Fintech sont de jeunes pousses Internet qui mises sur les nouvelles technologies pour offrir des services financiers à valeur ajoutée dans le domaine de la gestion des comptes courants, des moyens de paiement, du crédit, du conseil et de l’allocation d’actifs. De par ces moyens, les Fintech françaises s’imposent dans différents domaines dont la  gestion de finances personnelles, l’agrégation de données, des services de planification de finances personnels facilitant la gestion de son budget et de son épargne, les start-up des moyens de paiement qui traitent les transferts d’argent et la gestion des devises et le CrowdFunding avec deux types d’offres, d’un côté le CrowdEquity et de l’autre le CrowdLending.  L’objectif de la Finctech est de promouvoir ses services auprès de pouvoir publics, des investisseurs, des médias et des centres de recherche.

Les Fintech évoluent dans un contexte boursier particulièrement mouvant, ils guident les épargnants à mieux prendre des décisions d’investissement. Grâce aux nouvelles technologies, notamment à des algorithmes complexes, ces sociétés vont mettre au point des modèles réactifs d’allocations d’actifs adaptés à des conjonctures instables en offrant des conseils financiers  optimisés. Avec la Fintech, l’épargne est personnalisée pour correspondre au profil de l’épargnant. Dans ce schéma, Finansemble.fr propose des questionnaires qui seront adaptés aux clients qui par la suite pourront voir une proposition d’optimisation et décider s’il veut aboutir à des accords avec des conseillers patrimoniaux spécialisés. La Fintech représente une innovation dans le domaine de l’investissement car les épargnants privilégient Internet dans leurs relations financières. Donc pouvoir allier cet outil avec leurs actifs financiers de plus de 25 000 euros, ceci leur permet de mieux gérer les services dont ils ont une plus grande connaissance.

Dans la création de nouveaux services, ces Fintech veulent coupler l’agrégation de comptes et la gestion de patrimoine. Comme c’est le cas de LaFinBox qui offre des services d’agrégation de comptes courants, livrets d’épargne, mais aussi assurance-vie, épargne salariale, etc. Bientôt, il rivalisera avec le logiciel Optimisator de Finansemble.fr sur le plan des conseillers en gestion de patrimoine indépendants. De plus, une nouvelle application de défiscalisation vient d’être mise en ligne qui permet  d’anticiper le montant de son impôt (y compris l’ISF) et de sélectionner les différents placements (plans retraite, FCPI, investissements forestiers, etc.) susceptibles de le réduire.

Les Fintechs sont là pour révolutionner le monde de la finance en France, notamment les gestions de patrimoine. Au fur et à mesure que ces jeunes sociétés se développeront, il y aura une optimisation de la gestion d’actifs et elles permettront aux épargnants d’avoir un contrôle sur leur capital sans nécessairement passer par une banque. Si cette tendance continue, les banques auront un rôle moins important dans ce nouveau schéma, sauf si ces dernières s’adaptent rapidement au numérique et proposent de nouveaux services. Par ailleurs, si un investisseur veut saisir toutes les opportunités pour rendre son investissement optimal, il devra maîtriser toutes les ficelles numériques. Pas étonnant que le monde de la Fintech est constitué que des jeunes de 24 à 35 ans. Donc si vous voulez optimiser vos actifs financiers, faites comme eux pensez Fintech.

Pas de compte ?

Enregistrez-vous